Techno-critique

L’autre jour j’apprenais le décès de Bernard Stiegler… dans ce dernier entretien j’apprécie son déroulé de la notion de solidarité en résonance avec l’actualité : la solidarité se réalise avec une base de croyances communes, d’abord dans la religion, dans la citée (à plusieurs on a de meilleures chances de survies), puis dans la technique et la foi dans le Progrès (sauf qu’on en oublie nos voisins du coup).

Au détour de la newsletter de Ping et du cycle des « controverses scientifiques et techniques » je découvre le livre Technocritique. Je trouve l’ouvrage très intéressant pour situer les différentes articulations de l’évolution de l’histoire des techniques, et le progressif basculement d’une méfiance vers une révérence absolue (ce qui fait le parallèle avec la remarque de Stiegler). Je pensais avoir des bases de l’histoire des techniques, mais cet ouvrage en fait un tour complet et équilibré par la dimension critique et les points de vues habituellement absents ! Après les 40 pages de l’extrait j’envisage de le prendre (en fait on me la offert à Noël).

Par rapport à ce que l’on fais dans nos ateliers de fabrication numérique, notre position est à mi-chemin. D’un coté on loue l’accroissement de puissance individuelle apportée, mais en même temps on cultive aussi une posture du raisonnable, du « juste ce qu’il faut » et du savoir-faire développé par la personne. Tous les usagers ne pousseront pas l’analyse de leur pratique jusqu’à ce niveau de manière consciente, mais j’espère que cela fais partie des apprentissages informels de ces lieux, en tout cas certains y seront sensibles je crois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.