Construction d’un escalier en bois

Le gros projet « do it yourself » de cet été, afin d’utiliser un vieux tas de bois tout en répondant à une demande locale précise.

Pour découper le bois, j’avais envie de faire ça « à la main », ayant là le prétexte pour enfin faire l’acquisition d’une scie japonaise (chez Dictum 30€ environ). La technique de coupe demande un peu de pratique évidemment, pour saisir le geste ; j’ai pu m’entraîner en commençant par trier/découper les poutres utilisables (chêne et sapin de section 20x5cm environ) et comme attendu c’est efficace et confortable. Le résultat est même étonnamment lisse quand on arrive à maintenir un bon guidage.

Une fois prêt, on se lance, découpe des marches et des limons…
J’ai repris un exemple où l’on entaille le bois pour y loger les marches mais d’autres principes de construction existent.

Les limons sont fixés au balcon à l’aide de sabots en métal.
On apprécie l’emprunt d’un percuteur pour aller loger des chevilles métal de 10x75mm dans le béton armé du balcon.

Collage et vissage des marches et contre-marches…
Les planches faisant 5cm d’épaisseur pour 20cm de large, ce qui est court pour une marche, l’astuce fut d’utiliser l’épaisseur des contre-marche pour prolonger la surface utile de la marche pour atteindre un 25cm plus confortable.

Ouverture de la rambarde du balcon, rajout de poteaux et d’un solide garde-corps pour sécuriser l’ensemble tout en conservant la rigidité de la structure existante (la rambarde n’étant plus reliée au mur)

Recoupe de ce qui dépasse, on arrondis les angles, et peinture (2-3 couches pour que ça dure). Ce fut d’ailleurs l’occasion de s’initier à la fabrication de peinture sur base d’une recette Suédoise (farine/huile de lin/ocre) !

Compter 2-3 semaines de chantier au total.
Avec pas mal de temps de préparation, pour apprendre les termes désignant les éléments d’un escalier (limon, giron, etc.), les recommandations de dimensions, dessiner comment nous allions faire tout ça, puis la réalisation avec d’inévitables ajustement en cours de construction (une erreur de calcul, un fer à béton au mauvais endroit, ce genre de choses).

En tout cas ça en valait la peine, le raccourci ainsi créé est bien appréciable.
Quand à moi j’ai bien aimé travailler à nouveau le bois, de manière manuelle et à une échelle plus grande que ce que j’ai pu faire jusque là 🙂

OBC5@Paris

DSCF9662

Petit tour par l’anniv’ des 2 ans de l’open bidouille 🙂

DSCF9664

DSCF9666

DSCF9671

J’ai même eu le temps d’apprendre à faire un « point smock » ^^

DSCF9693

Album flickr

http://www.makery.info/2014/09/30/lalbum-photo-des-deux-ans-de-lopen-bidouille-camp/

http://openbidouille.net/post/97750870167/ateliers-faites-vos-choix

https://twitter.com/oetienne/status/513325224922976256

Viva la réplicaciòn !!

Joyeuse révolution astrale (terre-soleil) à toutes et a tous !

Après être rentré dans notre -pas si glaciale pour la saison- région nord-est, commencé à préparer le déménagement du GsiLab, l’imminente inauguration des locaux d’Open Edge, et mille et une petite choses… ce soir je tenais à partager un petit point d’avancement dans la conception de mes RepRap (FoldaRap, Mondrian, KosselM), qui partagent toute un trait caractéristique : celui de remplacer les coûteux éléments de guidage linéaire par de simples pièces en plastique glissant directement sur les profilés en aluminium de la structure de la machine, de quoi faire d’une pierre six coup, simplefficace quoi.

Dans la poursuite de cette machine partiellement auto-réplicante, nous venons donc de progresser notablement, en intégrant au système minimal mentionné ci-dessus le fait de remplacer la courroie (PU+metal ou Neoprene+metal, bof pour le recyclage et une production majoritairement à l’autre bout du monde) par un pignon et une crémaillère fabriqués à l’aide de la même RepRap.
On me dit parfois encore que « ça ne va pas marcher », mais c’est d’autant plus un plaisir d’explorer ces voies 😛

Fini sournoises courroies, bonjour belles crémaillères !
Actuellement en test depuis quelques semaines sur ma fidèle FoldaRap #000, ce principe pourrait à nouveau se transposer sur les modèles conçu avec la même base, et ça c’est super pratique 🙂 (modularité powa).

Viva la réplicaciòn !!

(plein d’autres photos/vidéos à venir à mesure que je rattrape mes uploads)

DSCF8222

En plus on y intègre même un système d’ajustement maintenant.

DSCF8218

DSCF8217


on enlève donc
1 poulie alu
1 courroie néoprene
2 roulement à billes
4 longues vis

on ajoute à la place
1 pignon PLA
1 crémaillère PLA
4 petites vis

bon par conséquent il faut recalibrer l’axe X mais ça ne change presque rien 🙂
(76.4 « pas par mm » au lieu de 80.4)

[édit] évidemment toutes les FoldaRaps peuvent être « mises à jour » vers cette nouvelle version, il suffit de changer des pièces imprimées et de remplacer quelques vis ^^