Un vélo cargo simple et compact

J’ai la chance d’avoir pu faire le choix de ne pas acheter de voiture jusque là (mais j’en emprunte parfois). Rouler à vélo est donc mon moyen de déplacement habituel depuis longtemps.
Après avoir craqué en 2012 pour un vélo couché « Aliaciklo » (une FoldaRap y tenant dans le coffre), j’ai surtout repris d’anciens vélos de courses très léger et plus pratique pour circuler en ville. Sauf que je transporte parfois beaucoup de choses et le porte-bagage, bien qu’agrandi à l’aide d’une planche intermédiaire, était souvent limite…

Et puis un jour (septembre 2020), au détour d’une brocante, je croise une connaissance du FabLab avec un vélo « Le Petit Porteur« . Rapidement on se rend compte que c’est sobre, utilitaire, bien pensé. Le soir même j’écume le site du fabriquant. J’apprécie d’autant plus la conception simple et robuste, et puis la galerie de la diversité des cas.
Dans les jours qui suivent je joue avec le configurateur jusqu’à trouver les choix de couleur/transmission/guidon/selle/etc. qui me conviennent (les grands puzzles de 40x40cm rentrent dans le plateau avant).
Quelques semaines plus tard (octobre 2020) c’est la livraison, comme prévu il n’est pas plus long qu’un vélo classique.

Depuis je m’y suis bien habitué, j’ai transporté du chien, du puzzle, des tas de cartons… Et dernièrement j’ai fini par trouver quoi ajouter sur la plaque centrale (hop, documenté par ici) 😉

En parallèle, pendant que j’écris ce billet, je croise un tweet vers une intéressante initiative de profs. J’aime bien le « VTT : véhicule tout trouvé » ^^

FoldaRapX : firmware wanted

Mi-2012 j’envisageais un autre concept suite à ma fameuse FoldaRap. L’utilisation d’un mécanisme de ciseaux permettant de ne plus avoir à se soucier de déplier la machine puisque ça serait le fonctionnement même de l’axe vertical.

Janvier 2019, je me replonge finalement dans ce concept qui continuait de me trotter dans la tête comme une œuvre non-achevée. Comme précédemment le tout est documenté au fil de l’eau sur le wiki RepRap, sous le nom FoldaRapX (en simple référence à la forme en x des 4 ciseaux). Un premier prototype avec des plaques en acrylique permit de tester le principe et noter quelques modifications.

La seconde itération suivit assez rapidement avec la valise qui va bien et des plaques en aluminium cette fois. Avec l’expérience accumulée ça m’a semblé bien plus facile que pour la première FoldaRap (pour laquelle il avait fallut 6 mois aussi mais beaucoup plus d’heures investies) :).
Fin mai 2019 un problème avec la carte électronique m’empêche d’aller plus loin dans les essais de mouvements, erf.

Mi-avril 2020, le premier confinement lié à l’épidémie est l’occasion de ressortir la valise. Finalement la cause de la panne venait d’une simple inversion des fusibles, argh !
Mi-mai 2020, après quelques ajustements la première impression de test voit finalement le jour 😀

Reste un dernier petit problème pour que ce prototype soit vraiment fonctionnel : le firmware de la carte électronique n’est pas encore capable de faire fonctionner ce type de mécanisme en ciseau (non-linéaire, au début ça déplie beaucoup et après moins). D’où le « cube » de test ci-dessus ^^’
Je suis allé aussi loin que j’ai pu. Pour la suite j’ai soumis une suggestion sur le forum de la carte électronique Duet.
Septembre 2020, petit clin d’œil à J. Pearce pour le coté RepRap dans une valise.
Mi-avril 2021, le temps passe… en rédigeant cet article je retourne sur le forum et je viens de voir qu’en février 2021 quelques personnes ont discuté de ce cas de figure, l’espoir revient !

Les choses se précisent, reste néanmoins à trouver un volontaire qui saurait implémenter ça dans le firmware avec l’aide de dc42 (principal développeur de la Duet et de son firmware).
Camarade ?

Design Justice : repolitiser le design

Hier soir je lisais cet article du même titre qui attendais depuis longtemps sur ma pile.

J’ai apprécié d’y retrouver des préoccupations qui m’intéressent, ou en tout cas de partager une bonne partie des revendications ou principes évoqués. Un peu comme quand je lisais « Design for the real world, human ecology and social change » (V. Papanek, 1971) il y a une dizaine d’année et que je me disais « c’est exactement ça! ». Cet article est une bonne synthèse des influences militantes actuelles dans la conception.

Bref, à lire et à garder sous le coude comme référence, l’exercice de la synthèse revenant régulièrement. Ces derniers temps, je réfléchis justement beaucoup à comment mieux présenter cet aspect politique de la technologie, dans le déroulé des visites du FabLab du Dôme (pas facile de mentionner tout les trucs importants en seulement 30 minutes même si c’est déjà pas trop mal).